Insertion au travail des jeunes demandeurs d emploiAbstract

Malgré une baisse significative du chômage et particulièrement  du  chômage  des  jeunes  en  Wallonie lors  des  trois  dernières  années,  le  marché  de l’emploi semble être contrarié par des tensions liées à  l’inadéquation  entre  les  compétences  maitrisées par les demandeurs d’emploi et celles recherchées par les entreprises.

Les publications du Forem sur les métiers d’avenir montrent  une  double  tendance.  D’une  part,  une série  de  métiers  voient  leur  contenu  évoluer  vers davantage  de  compétences  techniques  mais  aussi non techniques. D’autre part, la digitalisation et la robotisation risquent de confier des tâches à faible valeur ajoutée à des machines ou à des algorithmes.

Des rapports récents du conseil supérieur del’emploi et  de  l’IWEPS  chiffrent  –  au  maximum  -  la  perte d’emploi potentielle pour la Wallonie à la moitié des postes occupés d’ici une à deux décennies.
Le  Forem  anticipe  ces  changements  et  tente  de réduire les effets négatifs sur l’emploi en adaptant, via un travail prospectif, le contenu des formations aux  futurs  besoins  des  employeurs.  Néanmoins, cette préoccupation doit aussi concerner l’ensemble des acteurs de l’enseignement et de la formation.

L’étude  du  cabinet  de  consultance  Roland  Berger pour la SOGEPA en 2015 insistait sur un effort commun du monde public et privé pour relever ce défi.

L’économiste  Luc  Soete,  dans  son  évaluation  des différents  plans  Marshall,  pointait  également  le manque  de  main-d’œuvre  qualifiée  en  Wallonie alors  que  les  investissements  privés  et  publics étaient  en  mesure  de  créer  de  l’activité  économique.

Click here to download the publication